San Pedro de Jujuy

Nous n’avions pas spécialement choisi d’aller en Bolivie. Le pays s’est imposé à nous car cela facilitait le trajet en avion depuis les Etats Unis. Lors de la préparation du voyage, nous avons bien vu que l’essentiel à voir se situait majoritairement à l’ouest, c’est-à-dire dans les Andes (La Paz, lac Titicaca, Salar d’Uyuni …) et un peu au nord-est, dans la région amazonienne avec quelques parcs nationaux. Mais aucun guide touristique ne donnait des informations sur la zone que nous avons traversée. On n’attendait donc pas grand-chose de la Bolivie et pensions traverser une immense plaine toute plate.

Finalement, ce fut une très bonne surprise de découvrir ce pays et surtout les boliviens. Nous avons rencontré des gens discrets, aimables, attentionnés, respectueux, honnêtes, solidaires … Les paysages autour de Camiri étaient magnifiques lorsque nous avons traversé la Sierra Caro Huayco. Nous ne nous sommes jamais sentis en danger sur la route de par la prudence des automobilistes. Posés les vélos, nous passions presque inaperçus lors de nos promenades en ville alors qu’on n’a pas croisé d’européens (sauf deux français en Land Rover), puisque pas de tourisme. C’était une très belle expérience de partager leur mode de vie, leur habitat, leur repas.

Le seul truc un peu chiant, ce sont les chiens qui nous courent après  quand nous traversons les villages en aboyant comme des dingues. Les premiers temps, ça me donnait un coup de boost pour appuyer sur les pédales quand tu te retrouves avec quatre clébards enragés, aux fesses. Finalement lorsque l’on se redresse sur le siège en les engueulant, ils finissent par comprendre que nous sommes des humains et se calment. Mais il y a toujours quelques exceptions.

La Bolivie est le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud, mais nous n’avons pas vu de miséreux, de gens qui crevaient de faim. Certes, ça ne roule pas sur l’or mais on sent que le pays est en  voie d’expansion de par une politique de grands travaux : de plus en plus de routes asphaltées, construction d’hôpitaux, de stade, construction de lotissements.

C’est donc un peu avec regret que nous allons quitter la Bolivie. On aurait aimé y rester un peu plus longtemps pour mieux s’imprégner de la culture locale. Cependant, nous n’avons pas le physique pour attaquer frontalement les Andes, ses sommets à 5000 mètres et ses températures glaciales durant la nuit. Ce voyage doit avant tout rester un plaisir. On passe certainement à côté de sites magnifiques, mais on doit faire un choix. On ne peut pas tout voir en 7 mois. Restons donc concentrés sur l’Argentine. Il n’est pas impossible que nous revenions un jour en Bolivie mais à pieds et sac au dos.

Hasta  la vista Bolivia.

P1080849

Toujours pas de Pétrisane en Amérique du Sud ! Mais que fait l’équipe commerciale du moulin !

Le voyage des Terr’ailleurs (légende Guarani)

En ces temps-là, sur la Terre, le Papa Soleil était dans le ciel, les Hommes vivaient sur la Pacha Mama, et le sage Toucan leur donnait des conseils.

Dans un village guarani, deux Indiens étaient nés le même jour, le jour de la Terre. Aussi, s’appelaient-ils Terraillos et Terranonos.

Cette dernière était grande, deux fois plus grande que toutes les autres femmes du village. Mais si elle était deux fois plus grande, elle pesait moins lourd que la plus légère des femmes du village. Aussi, au moindre coup de vent, elle pliait, tel l’herbe de la pampa et menaçait de tomber, de sorte que toutes les autres femmes devaient la surveiller pour la retenir et l’empêcher de chuter. Même lorsqu’elle marchait, le simple fait d’avancer  la faisait se plier vers l’arrière, tel un arc. On avait l’impression qu’elle était à moitié couchée. Pour éviter de tomber, elle ne pouvait pas mettre de collier ni de boucles d’oreilles pesantes, elle ne pouvait même pas avoir les cheveux longs, cela l’aurait déséquilibré ! Comme elle ne pouvait pas porter de lourdes charges et que l’on devait sans cesse la surveiller, Terranonos n’était pas bien acceptée dans le village.

Terraillos, que l’on appelait « le guerrier malade », n’était pas beaucoup plus aimé. Il se voulait être un guerrier-chasseur, comme presque tous les hommes de la tribu, mais sa maladie l’en empêchait. Dès qu’il voulait aller à la chasse avec les autres, après deux heures d’effort il était trop fatigué, trainait la jambe, faisait du bruit et faisait fuir le gibier. Et c’était la même chose durant les batailles entre tribus. A cause de cela, il était rejeté par les autres guerrier-chasseurs. Comme, en plus de cela, Terraillos était très orgueilleux et très susceptible, il n’arrêtait pas de se jeter sur les autres pour les rosser méchamment  à la moindre insulte, réelle ou imaginaire. Comme tous l’évitaient, il déambulait souvent, penché en arrière pour maudire le ciel et le Papa Soleil de lui avoir infligé cette maladie.

 

Or, un jour, le chef du village convoqua les deux Terr’ chez lui pour leur parler. Il leur dit que les autres membres du village ne pouvaient plus les supporter et n’avaient plus la patience de s’occuper d’eux. Sur ces mots, il les chassa du village en leur disant de ne revenir que lorsqu’ils pourraient se rendre utiles.

 

Terranonos et Terraillos quittèrent donc le village et s’enfoncèrent dans la forêt en se demandant ce qu’ils allaient devenir. A peine eurent-ils parcourus quelques kilomètres que le Toucan les survola lentement et se posa sur l’épaule de Terranonos. Sous le poids, celle-ci s’écroula aussitôt. Le Toucan reprit son vol de justesse en murmurant dans son bec :

          Merde ! C’est vrai ! On ne peut pas se poser sur la toute maigre ! Concentre-toi un peu mon Touctouc, c’est du sérieux, c’est une vraie légende…

Et il alla alors se poser sur l’épaule de Terraillos. Ce denier tiqua devant le Toucan et lui assena une grande claque sur le bec en lui disant :

          Oh ! T’as craqué ou quoi ! Et la politesse, tu connais ? Demander avant de se poser sur quelqu’un, ça me semble être un minimum, non ?!

Choqué et calmé, le Toucan reprit de nouveau son vol et se percha sur une branche au-dessus de Terranonos et de Terraillos. Laissant alors libre cours à sa colère, il leur dit :

          Je viens vers vous pour vous prodiguer mes sages conseils, et voici comment vous me recevez ?! Vous n’obtiendrez donc rien de moi, partez loin d’ici ! Vous les deux Terr… Allez-vous perdre ailleurs A partir de maintenant vous serez les Terr’ailleurs.

Et puisque les Hommes refusent mes conseils, je resterai muet et les laisserai se débrouiller sans moi.

Et c’est depuis ce jour que les Toucans ne parlent plus. Depuis lors, les Hommes, privés des sages conseils du Toucan enchaînèrent les guerres et les catastrophes écologiques.

 

 

Devant cette triste nouvelle, et conscients de leur part de responsabilité dans la perte de la sagesse, les deux exilés commencèrent à se rejeter la faute l’un sur l’autre.

          Si tu n’étais pas si maigre, il aurait pu rester sur toi !

          Et toi ! Si tu n’étais pas si susceptible, il ne serait pas parti !

          C’était une question de politesse ! Je ne suis pas susceptible !

          Si tu l’es ! Je te rappelle qu’un jour tu t’es jeté dans un étang parce que ton reflet t’avais regardé de travers ! Xing !

          C’est de ta faute ! Il est allé sur toi en premier !

Et cela dura et dura encore. Ils s’insultèrent et se renvoyèrent la faute sans discontinuer pendant sept jours et sept nuits Au matin du huitième jour, les grands oiseaux verts qui vivaient là n’avaient pas dormi depuis sept jours et sept nuits. Ils décidèrent alors, eux qui n’avaient jamais fait que siffler, de se mettre à parler pour forcer Terranonos et Terraillos à arrêter. Ils les insultèrent donc dans les mêmes termes que ceux utilisés par les Terr’ailleurs. Ces derniers, surpris, cessèrent alors de se disputer.

Et c’est depuis ce jour que les perroquets parlent. Non pas pour donner de sages conseils, comme le Toucan, mais pour répéter les bêtises des Hommes.

 

Les Terr’ailleurs décidèrent alors de s’entraider et d’aller aussi loin que les porteraient leurs pieds pour retrouver la sagesse et se faire pardonner par leur village. Adoptant alors tout deux leur démarche caractéristique, penchés en arrière, ils entamèrent leur long voyage.

Partout en les voyant passer, penchés en arrière, les gens riaient et les appelaient les « marcheurs-couchés ». Mais devant leur obstination, la noblesse de leur quête et devant le nombre de lieues qu’ils avaient parcourues, les mêmes personnes qui avaient ri les encourageaient et leur montraient du respect. C’est ainsi que de plus en plus de personnes, attirés par cet exemple, commencèrent à marcher-couché. C’était, comme l’avait dit Terraillos, pour chercher une solution dans le ciel et dans les étoiles. Mais c’était aussi, comme l’avait dit Terranonos, pour mieux résister au vent et pour éviter de se faire mal.

Les Terr’ailleurs marchèrent-couché ainsi pendant des lunes et des lunes. Ils traversèrent maintes et maintes contrées. De la vallée verdoyante où les animaux venaient leur manger dans la main (même si plus d’une bête intrépide se fit mettre une torgnole par Terraillos) au désert aride et inhospitalier. Ils traversèrent les canyons les plus magnifiques mais aussi des endroits que les Hommes avaient changés en immondes dépotoirs. Ils rencontrèrent des gens fantastiques et furent souvent accueillis à bras ouverts, mais risquèrent leur vie et durent s’enfuir précipitamment du territoire des Administratos.

 

Et cela dura encore et encore. Ils marchèrent-couché et marchèrent-couché sans discontinuer pendant sept années, et toujours sans trouver la sagesse. Au matin du premier jour de la huitième année, le désespoir s’empara de Terraillos. Le guerrier malade décréta que tout cela ne servait à rien, qu’ils pourraient bien marcher-couché toute leur vie, que jamais ils ne trouveraient la sagesse. Il se pencha encore un peu plus en arrière et maudit encore une fois le ciel, les étoiles et Papa Soleil qui ne lui donnaient pas de réponse. Il décida alors d’arrêter son voyage et de prendre une grosse murge. Terranonos était atterrée, l’exhortait à reprendre du courage et le voyage, mais rien n’y faisait et Terraillos commença à boire et à boire encore… Seulement, comme il demeurait penché en arrière et qu’on pouvait dire qu’il buvait-couché, il renversait beaucoup d’alcool sur la Terre Mère. Cette dernière, qui aimait se faire appeler « Pacha Mama », était ravie que, pour une fois, quelqu’un pense à l’inviter à l’apéro. Elle décida alors de récompenser les Terr’ailleurs en les aidant dans leur quête.

Et c’est depuis ce jour que l’on verse un peu d’alcool au sol pour honorer la Pacha Mama et obtenir sa bénédiction.

 

La Pacha Mama s’adressa donc aux voyageurs dans le secret de leur âme et leur dit en substance ceci :

« Terr’ailleurs ! Vous avez raison de voyager en marchant-couché, mais vous le faites pour de mauvaises raisons. Il ne faut pas marcher-couché dans le but de regarder le ciel ni pour laisser passer le vent au-dessus de soi ! Il faut marcher-couché pour que seules les jambes travaillent pendant que le reste du corps se plonge dans un demi-sommeil. C’est dans ce demi-sommeil que l’on peut interroger sa tête et son cœur pour trouver les solutions. »

Suite à quoi la Pacha Mama retourna se pieuter car elle avait tapé un peu dur sur le litron.

 

Quand les Terr’ailleurs reprirent leur voyage, ils appliquèrent les conseils de la Terre Mère et marchèrent-couché pour tomber dans un demi-sommeil. Une fois dans ce demi-sommeil, ils interrogèrent leur tête pour découvrir la sagesse. La tête de Terranonos lui donna le secret des nombres et du calcul. La tête de Terraillos lui donna le secret des mots et de l’écriture. Ravis de ces connaissances qui les rapprochaient de la sagesse, les Terr’ailleurs retournèrent sur leurs pas et communiquèrent ces secrets à tous les Hommes qu’ils avaient rencontrés.

Et c’est depuis ce jour que les Hommes savent compter, lire et écrire.

 

Malheureusement, les Terr’ailleurs se rendirent rapidement compte que ces savoirs ne suffisaient pas à rendre les Hommes beaucoup plus sages. Ils se demandaient ce qui manquait encore aux Hommes pour atteindre la sagesse du Toucan.

C’est alors qu’ils se souvinrent du conseil de la Pacha Mama : il fallait non seulement interroger sa tête, mais aussi son cœur ! Ils reprirent donc leur marche-couché, atteignirent le demi-sommeil et interrogèrent leur cœur.

Le cœur de Terranonos lui apprit le secret de la fraternité, de l’entraide et de l’empathie. Le cœur de Terraillos commença par lui dire de se calmer un peu avec ses emportements de Corse caractériel et soupe au lait et lui donna ensuite le secret de la Liberté, de dire, de faire et de penser qu’il faut toujours défendre, pour soi-même comme pour les autres.

Rendus plus forts et plus modestes par ces révélations, les Terr’ailleurs retournèrent sur leurs pas et communiquèrent ces secrets à tous les Hommes qu’ils avaient rencontrés. Tous promirent de réfléchir à ces secrets et les adoptèrent de façon plus ou moins détournée.

Quand les Terr’ailleurs arrivèrent dans la dernière tribu qui ne connaissait pas encore les secrets du cœur, les membres de cette tribu dirent :

« Nous savons écrire et compter, pas besoin de perdre du temps à nous apprendre vos nouveaux secrets. Dites-nous juste où vous les avez trouvés. »

Les Terr’ailleurs, en riant (enfin, en riant pour Terranonos, puisque Terraillos, lui, faisait des sporks…) leur expliquèrent que ces secrets étaient contenus dans leurs cœurs.

La dernière tribu saisit alors ses armes, tua les Terr’ailleurs et mangea leurs cœurs. Mais ils n’apprirent pas les secrets du cœur de cette façon et restèrent ignorants.

Et c’est depuis ce jour que les Administratos (car il s’agissait d’eux, vous l’aurez deviné) et leurs descendants savent compter et écrire, mais ignorent tout des notions de fraternité et de liberté…

 

C’est ainsi que se termine l’extraordinaire voyage des Terr’ailleurs. Mais si vous écoutez attentivement le vent qui descend de la montagne, vous pourrez peut-être entendre la voix de Terranonos chuchoter « le voyage rend libre » ou celle de Terraillos chuchoter « faut pas me chier dans les bottes ! »

/

/

Post navigation

11 comments for “San Pedro de Jujuy

  1. BT
    11 octobre 2013 at 20 h 38 min

    très poétiques ces derniers écrits, gros bisous mes poètes et bonne continuation en Argentine

  2. Huertas écrivain méconnu et handicapé
    11 octobre 2013 at 21 h 43 min

    Oh la vache!!! C’est quoi l’alcool local? T’as dû en abuser à mort!
    En tout cas belle légende, on se croirait dans les Cités d’Or. J’espère que tout va bien pour vous mais je suis un peu déçu: pas de devinette!!!
    Biz à vous et attention au grand condor

  3. SAUZE Thierry
    12 octobre 2013 at 5 h 41 min

    Votre quête de sagesse durant 7 ans et plus à pédaler me ravit. Au bout d’un moment, on s’aperçoit que ce n’est pas la finalité qui importe mais le chemin que l’on parcoure. J’ai l’impression d’être dans l’une de vos sacoches, à faire le toucan. D’ailleurs, c’est vraiment marrant. Cette nuit, j’ai rêvé qu’un oiseau se posait sur ma tête et que je volais. C’est la 1ère fois qu’un tel rêve vient. Et là, je vois un toucan…C’est votre histoire que vous nous contez, et c’est touchant. Car l’homme oublie que son coeur doit le guider plus que son intellect afin de retrouver son lien à la Nature. Bisous à vous deux.

    • 12 octobre 2013 at 11 h 40 min

      … ouais, parce que l’homme, souvent, ce n’est ni le cœur ni la tête qui le guide…

      • Chandoux
        12 octobre 2013 at 12 h 00 min

        C’est le GPS ! =D

  4. SAUZE Thierry
    12 octobre 2013 at 6 h 40 min

    un petit cadeau…

    http://vimeo.com/45858333

  5. catherine
    12 octobre 2013 at 6 h 43 min

    quelle histoire! je ne connaissais pas l’histoire du monde vu sous cet angle!j’ai l’impression que vous êtes fatigués!ou alors la Bolivie vous a donné une certaine quiétude!zen ou pas?bon courage pour continuer couchés et rêver.

    • 12 octobre 2013 at 11 h 42 min

      Toutes les légendes retracent plus ou moins l’histoire du monde… La différence, c’est que celle là est la vraie !

  6. Chandoux
    12 octobre 2013 at 9 h 35 min

    Moi je voudrais bien savoir comment Terranonos apprécie de se faire appeler Terranonos ? Pourquoi pas Terrachichi tant qu’on y est !!! Et puis, dommage qu’on n’aie pas eu la devinette de l’oiseau en vidéo car je connaissais ! Sinon, toute cette inspiration est signe que votre moral est excellent, tant mieux ! On sent d’ici une petite odeur de lama à l’horizon, non ?

    • 12 octobre 2013 at 11 h 46 min

      Je crois que je préfère ça, à tous ces argentins qui m’interpellent par « senor ». Pour le moment, les lamas ont la queue courte, mais ça va venir. Les nandous, c’étaient bien aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *