Los Angeles

 24/09/13 : Los Angeles

Fini de glandouiller, nous reprenons la route pour rejoindre Los Angeles. Il ne s’agirait pas de louper notre avion cette fois-ci. Dès que nous quittons la côte, nous nous retrouvons à nouveau au milieu des fraises et des choux fleurs. Attention, les Terr’ailleurs se lancent dans le journalisme d’investigation :

 

Nous avions déjà été étonnés lorsque nous traversions les zones agricoles de voir que tous les ouvriers étaient à 99% hispaniques. Mais surtout que quelque soit la température, en général entre 26°C et 32°C, ils avaient  tous une capuche ou un bonnet et très souvent un foulard qui leur couvre le nez et la bouche. A moins que les mexicains aient tous des gênes de frilosité excessive, nous en tirons la conclusion que c’est pour se protéger des produits chimiques. Du coup, pour consommer cinq fruits et  légumes frais aux Etats Unis, ben, tu y regardes à deux fois.

En tout cas, ils assurent au niveau rendement. Un tracteur qui avance sans chauffeur. S’agirait pas de payer un mec à rester le cul posé sur son siège toute la journée. Six bonshommes qui récoltent les choux fleurs, coupent les feuilles et les déposent sur le tracteur. Les femmes les rincent à l’eau et les mettent dans des cagettes. Deux autres gars en bout  de chaine pour empiler les cagettes. Et tout ça avec une musique mexicaine insupportable et sous les yeux d’un  contremaître qui s’assure que y’en ai pas un qui flemmarde. L’investigation s’est arrêtée là car je ne savais pas comment on disait « congés payés » et « heures supplémentaires » en espagnol mais que surtout le contremaître me regardait bizarre. Donc finalement, nous ne pourrons vous apporter aucune certitude quant à ce reportage. Si ça se trouve, ils ont la retraite à 50 ans…

Les journées se succèdent avec toujours ce brouillard matinal qui se lève vers midi (ou pas).

 

 

 

Nous arrêtons de pédaler en général en milieu d’après-midi, histoire d’avoir le temps de profiter un peu des plages de sable blanc et des cocotiers.

P1080575

P1080595

P1080586

En arrivant à Santa Monica, nous en profitons pour faire quelques emplettes au REI, l’équivalent US du vieux campeur. Nous achetons  un nouveau réchaud. Notre primus fait des siennes et ça devient vraiment galère de faire bouillir un litre d’eau. On fait donc cramer la carte bleue pour acheter un réchaud MSR qui fonctionne au gaz ou à l’essence. On s’achète aussi des nouvelles lampes de signalisation pour les vélos. Nous ne sommes pas satisfaits de celles que nous avions et qui fonctionnaient par un système électro magnétique. Elles ne sont finalement pas assez  puissantes. Celles que nous avons acheté sont électriques et ont une prise USB. On pourra donc les recharger avec l’ordinateur ou avec le panneau solaire. Pierrot se rachète des sandales de vélo Keen. Celles qu’il avait commençaient à se découdre.

Nous arrivons enfin à notre objectif, la cité des anges, au bout d’un peu plus de 4000 kilomètres.

 Ne cherchez pas, il n’y a pas de son sur cette vidéo

 

Nous passons trois nuits dans un hôtel à quelques centaines de mètres de l’aéroport. Nous partons ensuite à la recherche de cartons pour emballer nos montures pour la suite de notre voyage.

P1080633Vue de notre chambre

P1080622

Les deux gros cartons à vélo auront été ramené en bus

P1080626

Dégraissage complet des deux bêtes. Mais non, pas nous, sots …

A ce stade du voyage, un premier bilan s’impose.

Voilà maintenant deux mois et demi que nous roulons aux Etats Unis. C’est court et long à la fois. Nos premiers coups de pédale à Seattle nous paraissent très très loin et nous regardons déjà les premières photos avec un brin de nostalgie. Et pourtant deux mois ce n’est rien mais ceux-là ont été bien remplis. Personnellement, j’ai préféré le début du voyage et plus particulièrement Washington et l’Oregon. Les routes étaient vraiment belles, pas trop de voiture, pas trop de relief, des paysages très variés, des campings peinards, des gens à l’écoute. Après réflexion, je crois que je n’aime pas la Californie. D’accord c’est le soleil, la plage, les plus grands parcs nationaux où tu t’en prends plein les yeux, mais c’est donc aussi beaucoup plus touristique, plus de monde, plus cher, et une mentalité différente. Cet état n’est pas vraiment approprié pour un voyage en vélos à cause du trafic routier très dense et incessant. Je préfère de beaucoup voir moins haut, moins beau, moins gros, mais être peinard.

Concernant les américains, ma vision est certainement tronquée par le fait que nous avons surtout côtoyé le monde rural. De plus, les gens rencontrés l’ont été en grande partie dans des campings. Ceux-ci ne sont pas forcément représentatifs de la population en général.

Tout d’abord, les américains sont vraiment hospitaliers et toujours prêts  à rendre service. Nous n’avons jamais essuyé un refus lorsque nous avions besoin de quelque chose (huile, produit vaisselle, renseignement …). Ils sont également d’une grande patience face à notre piètre niveau d’anglais, il n’y en a pas un seul qui nous a envoyé bouler et ce sont toujours efforcés de se faire comprendre.

Enfin, je ne vais pas revenir sur les bons côtés puisque vous les lisez depuis plusieurs semaines. Même si je ne regrette pas d’avoir choisi cette destination, il n’en reste pas moins que je n’y ai pas vraiment trouvé ma place. Je ne me vois pas m’y installer, et ce pour pas mal de raison.

La première restant sans nul doute la bouffe. En deux mois et demi, nous avons fait quand même pas mal de restau, le nombre de fois où on a mangé dans une assiette avec des vrais couverts se compte sur les doigts d’une seule main. (Et encore heureusement qu’on a fait des restau thaï et mexicain). Un moment ça pèse de bâfrer avec les doigts des trucs frits dans des boîtes en carton ou en polystyrène. Dans 99% des restau que nous avons faits, la carte était composée exclusivement de burgers, salades, sandwichs. Ça manque cruellement de diversité et surtout de finesse.

P1080558

Les américains sont très religieux. Le fait d’être non croyant est limite considéré comme une maladie. Il faudra que je prenne le temps pour chercher sur internet quelles sont les subtilités entre les différentes églises : baptiste, méthodiste, luthérienne, scientiste, presbytérienne … Ca m’a beaucoup étonné de voir parfois en ville des affiches de propagande nous annonçant que « Jésus est la vérité », des autocollants de Jésus sur les pare chocs des voitures, des bondieuseries en vente dans les supermarchés entre les cornflakes et le sopalin et qui feraient pâlir de jalousie les magasins de souvenirs de Lourdes. Je ne m’attarderai pas sur l’anecdote de la théorie de l’évolution avec notre ami texan. Je vous laisse relire le blog pour vous la remettre en mémoire.

Les Américains sont très patriotes. On ne compte plus les drapeaux des Etats Unis qui flottent au fronton des maisons, et même après les caravanes. Et pas le petit drapeau comme ceux que nous avons sur nos vélos, non, non, celui qui peut servir de nappe pour le repas de Thanksgiving. Dans un supermarché, nous avons vu un panneau d’affichage avec les photos de chacun des Marines de la ville qui étaient actuellement en mission et signalant « que vraiment nous sommes fiers de vous ». Une autre banderole sur la route aujourd’hui, annonçant que « Marines, nous prions pour vous ».

P1080607

Les américains vivent dans leur voiture. La majorité des déplacements se font en voiture, même si il n’y a que 200 mètres à faire. Du coup, les villes sont souvent vides de gens et certaines rues n’ont pas de trottoirs. Pas la peine puisqu’il n’y a pas de piéton. Ils nous ont aussi surpris par cette accumulation de biens de consommation : la voiture (de Barbie), le pick up, le camping-car, la moto (de Ken), le bateau …

Enfin bref, voilà, un bilan assez mitigé, même si nous avons vécu des moments inoubliables durant ce voyage, comme vous avez pu vous en rendre compte, lecteurs assidus de ce blog. Je ne pense pas que nous referons un voyage en vélos aux Etats Unis, car le pays ne s’y prête pas vraiment. Par contre, j’aimerai quand même y revenir pour découvrir le côté urbain, en visitant New York par exemple.

Xing ! personne n’a trouvé…

… pour l’onomatopée, du moins, car Crossing a été très bien expliqué dans plusieurs commentaires (Raph’ et Thierry, 1 point pour les réponses les plus rapides). Pour ce qui concerne les points et leur utilité, confer l’article suivant.

La réponse était peu évidente à trouver car j’ai évoqué une onomatopée pour vous égarer un peu, alors qu’une « «interjection » aurait été plus correct…

Alors voilà, Xing (prononcer « Gzinnng ») est le bruit que vous faites quand vous « cassez » quelqu’un…

Ex : Eh Béa, demi-tour, on a oublié tes seins en France. Xing !

Mais c’est quand même une onomatopée puisque le bruit est censé reproduire le coup de cymbale qu’on entend à l’issue d’une pauvre blague pourrie de cabaret.

Ex : Oh Béa, comme chiffon pour nettoyer les vélos, on peut utiliser ton soutien-gorge, tu n’en n’a plus vraiment besoin… Xing !

A noter, on parle également de « Xing attitude ». Le « Xingueur » ne prononce pas ouvertement le Xing de fin, mais son attitude le laisse deviner…

Ex :           Eh Béa, tu dors sur le ventre maintenant ?

          Ben non, je suis sur le dos !

          (sourire entendu…  Xing attitude)

 

 

Le concours caché (ou comment les lecteurs de ce blôgue participent à un jeu et sont évalués à leur insu)

Certains lecteurs, interloqués, m’ont posé la question : « Mais pourquoi distribues-tu des points ? A quoi ça sert ? » Ce à quoi j’ai répondu : « En fait, vous participez à un concours… » On m’a alors fait savoir que : « Mais non ! Je ne veux pas être évalué(e), moi ! » Et j’ai finalement clos le débat en décrétant que : « Ta gueule ! T’as pas le choix ! Tu participes et c’est tout ! Xing ! »

Arrivé à la fin de la partie étatZunienne, j’ai décidé de lever un peu le voile sur le… CONCOURS caché ! (qui, du coup, n’est plus si caché que ça…)

Alors voilà le principe, nous allons ramener de ce voyage un superbe cadeau, un article original et de toute beauté que chacun désirerait se voir offrir ! Comme nous avons très peu de place, nous ne pourrons prendre qu’un seul cadeau… (là les Américains font : « Ooohhhhh » avec leur petite voix soupirante de « il est mignon le petit chien »). J’ai donc eu la merveilleuse idée de récompenser celui ou celle qui nous aura suivi avec le plus de ferveur, qui nous aura le plus aidé dans ce voyage ! (Les parents sont hors-jeu, ils auront un petit cadeau à part.) Non seulement ça nous amuse, mais en plus, ça nous occupe bien, et peut-être que cela nous procurera la joie de vous voir vous tirer dans les pattes ! Soyez donc tous prêts à jouer au : KIKORALAFLUTEDEPANPOURRIE !

NB, en fonction du contexte le nom du jeu est susceptible de changer. Il est possible, par exemple, qu’à terme le jeu s’appelle : KIKORALBONNETKIGRATTE . Rien n’est encore définitif…

Aujourd’hui, je vous donnerai donc le nombre de points que comptent les 5 premiers du classement, leur identité, leur âge, leur adresse, leur numéro de téléphone, leurs vices cachés (qui, du coup, ne seront plus si cachés que ça…), ainsi qu’une vague idée du barème de notation… (Attention ! Il y a des intrus dans cette liste !)

Les points sont donnés à côté du nom et leur attribution est expliquée entre parenthèses.

Les 5 premiers du classement provisoire sont :

1.       Marcus, 7 pts (+10 de rencontre durant le trip, +1 de devinette, – 2 plus d’un mois  sans commentaire, – 2 pas de réponse à un « Message à caractère informatif » lui étant destiné)

2.       Chandoux, 6 pts (+ 6 en points de fidélité : number one en fidélité!)

3.       Raph’, 5 pts (+4 en points de fidélité, +1 de devinette)

4.       Sister Claire, 5 pts (+4 en points de fidélité, +1 en point Kilt)

5.       Thierry S, 4 pts (+3 en points de fidélité, +1 de devinette)

Mais absolument rien n’est joué puisque le trip ne se terminera qu’à Signy et que chaque tranche de 10 km effectuée avec nous à vélo rapporte 1 point ! Sans compter les 10 pts de rencontre durant le trip ! Même le dernier du classement peut se rattraper ! Pour info le dernier (je ne donnerai que ses initiales pour ne pas le stigmatiser) est M the M avec – 22 pts (aucun message – 4, – 2 pas de réponse à un « Message à caractère informatif » lui étant destiné, pas de réponse à quatre challenges envoyés pour lui – 4 x 4 = – 16). Courage M the M ! En nous rejoignant à Bruxelles tu peux combler ton retard !

 

 

Le Mi-Bilan (ou, les enseignements à tirer de cette première partie de voyage)

 

Les grosses satisfactions

Sur un plan purement matériel, d’abord, (cela intéressera sûrement les futurs voyageurs), il y a 3 ou 4 choses dont nous n’avons vraiment que du bien à dire. Attention, je prends ma voix de vendeur irrésistible, et sors mon sourire de commercial (qui a dit « pas crédible » ?) Et le vainqueur est… :

Le pneu « «Marathon + tour » de Schwalbe avec, non pas 10, non pas 5, non pas 3, non pas 2, ni même 1, mais 0 crevaison !!! Et ceci pour non pas 1, non pas 2, ni même 3, mais 4 roues !!! Et ceci toujours pour non pas 500, non pas 1000, non pas 2000, ni même 3000, mais plus de 4000 km !!! Et sans compter ceux faits à la maison… Chapeau Schwalbe. NB, nous avons fait attention de conserver une pression de 4 bars (jamais moins de 3) malgré l’hostilité de certaines routes.

Mais nous sommes également très satisfaits de nos outils : l’Alien de Topeak (merci du cadeau les amis !) et le Blast de Leatherman, de nos vélos : des pioneer de chez Nazca (aucune casse, aucun réglage à refaire) ainsi que du panneau solaire qui nous procure confort et indépendance.

Nous sommes aussi super contents de tout notre matériel de couchage, duvets et tapis de sol particulièrement .

Maintenant, la plus grande satisfaction concerne le voyage lui-même. Pas tant par le pays traversé (j’y reviendrai, même si Béa a déjà dit l’essentiel) que par le mode de transport choisi.

Depuis deux mois et demi, j’adore cette sensation de liberté, de toujours pouvoir aller voir « de l’autre côté de la colline ». J’adore vivre dehors, j’adore quand le vent, tel un amant fougueux, me rejette les cheveux en arrière et me susurre à l’oreille : « te quierro ». J’adore tourner les jambes et me dire : « C’est facile ». J’adore le soleil qui chauffe ma peau. J’adore me rendre compte que je suis vivant, que je peux le faire, que je le fais…

 P1080601

Les petites désillusions

A propos du matériel d’abord… C’est ça qui est bien quand on ne doit rien à personne : on peut Xinguer !

Notre petit réchaud Primus s’est avéré être une sombre daube, beaucoup de réglages réguliers à effectuer pour peu de résultats, il crachotte, devient rouge… A éviter.

Mes sandales de vélo, Keen, très chères, très réputées, très décousues… Au bout d’à peine plus de 2 mois, ça fait un peu mal au derrière… Surtout que Keen France n’a rien fait pour nous aider.

Je ne suis pas satisfait non plus du sac à dos Ortlieb (pas pratique et pas du tout, mais alors du tout, confortable utilisé en sac à dos). Par contre, les sacoches bananes sont biens.

 

A propos du pays ensuite… Je donnerai mes impressions – bonnes et mauvaises- dans le chapitre suivant. Ici, je voudrai simplement parler des gens…

Vous aurez pu le constater en nous lisant, les gens, aux Etats-Unis sont extrêmement sympathiques, accueillants, toujours prêts à rendre service, aimables et souriants… Alors quoi ? Pourquoi sommes-nous dans le chapitre des désillusions ? Eh bien parce que je suis particulièrement gêné en face de ces gens, mal à l’aise, j’ai toujours une sensation étrange de factice… Comme lorsque je faisais du théâtre et qu’un des gars « sonnait faux ». Voilà, en fait, j’ai toujours l’impression qu’ici, les gens ne suivent pas leur nature profonde, mais qu’ils jouent un rôle. Plus d’une fois (bon, c’est vrai que je suis un peu « soupe au lait ») je me suis énervé et j’ai commencé à monter dans les tours, voire à être carrément désagréable, limite insultant, et eux, ils restent stoïques, aimables, s’excusant presque… Mais bon sang !!! Lâchez-vous un peu, les Bulbes ! Réagissez ! Gueulez ! Grognez ! Vivez quoi !

On a le sentiment que, à la télé, dans les journaux, à l’office le dimanche, on leur montre comment il faut être, on leur explique que le « politiquement incorrect » c’est mal ! On a l’impression qu’ils participent à un concours super important dont le but est de gagner un maximum de « points karmiques » et dont dépend leur vie.

Alors à chaque fois qu’on me fait un sourire, qu’on me rend un service, je me demande si le gars avait vraiment envie de me sourire, de m’aider, ou si il était simplement à la chasse aux points karmiques. On peut comparer ça aux BA des scouts. Le scout, il s’en fout d’aider un vieux à traverser ou de retrouver le chat de la voisine, ce qui l’intéresse, c’est le badge de louveteau qu’il aura quand il aura son quota de Bonnes Actions…

Voilà, j’ai l’impression (à part quelques exceptions évidemment) d’avoir voyagé dans un pays de Scouts qui courent après leur badge…

 

 

Les 5 sens (ou comment voir les USA par l’autre bout de la lorgnette)

·         La vue : Sens le plus évident pour les voyageurs, c’est celui qui est assez peu développé chez moi (peut-être car je suis myope comme un taupe). C’est néanmoins le sens qui apporte le plus de plaisir aux USA. La contemplation de la faune restera l’énorme point positif de cette destination !La vision de l’immensité des paysages était très sympa également même si souvent polluée par des déchets, constructions inappropriées, lignes électriques et surtout des voitures… Des centaines, des milliers, des millions de fucking voitures, des ces hideux cubes en métal et plastique, en verre et caoutchouc qui ont occupées mon champ visuel pendant deux mois et demi.

P1080542

·         L’odorat : Mon sens de prédilection (qui a dit : « Normal, vu son pif » ?!!) Et aussi celui le plus maltraité dans ce pays… Bien sûr à cause des voitures (je ne peux plus les blairer) qui nous gratifient de leurs gaz d’échappement toute la journée, mais aussi à cause des cultures (rappelez-vous : maïs, dents bleues…), ainsi qu’à cause des centaines de charognes se décomposant le long des routes, et j’en passe. Malgré quelques bonnes odeurs (souvent sucrées) dans les forêts de montagne, que les Nez passent leur chemin, les USA ne sont pas pour eux (et ne pensez pas vous rattraper sur les odeurs de cuisine).

·         Le goût : C’est sucré, c’est gras, c’est affreux,  c’est ricain. Quelques mets « bons », aucun « succulent ». Que les palais exigeants passent leur chemin, les USA ne sont pas pour eux.

·         L’audition : Je ne veux pas me dire musicien, mais je suis un amateur pour qui l’oreille a une très grande importance. J’ai dit plus haut que l’odorat était le sens le plus maltraité… Je retire… Quand on est vélo, c’est l’audition, definitely ! Le bruit incessant (sauf dans de très rares endroits montagneux) de jour comme de nuit, des centaines, des milliers, des millions de fucking voitures peut rendre fou n’importe qui. Au niveau musical, calme plat. Ambiance vieux classiques américains dans toutes les zones rurales… Que les oreilles sensibles passent leur chemin, les USA ne sont pas pour eux.

·         Le toucher : Rien à déclarer de particulier sinon que j’adore toucher les différentes plantes, feuilles et écorces des arbres, et que je me suis amusé dans la montagne, mais pas du tout sur la côte californienne.

 

Et voilà, c’est tout pour les USA… Perso, même si je n’ai pas de regret, je suis très content de partir. Pour faire du vélo, c’est quand même loin d’être une destination de rêve. Alors ciao les States et SPORK !

 

Devinette : Dans ce contexte, que signifie Spork ?

 

Dans les rubriques :

Messages : message pour Claire.

Challenges : la moitié de celui de Raph

 

Post navigation

19 comments for “Los Angeles

  1. SAUZE Thierry
    25 septembre 2013 at 5 h 14 min

    pas de questions. pas de réponses. Là, après cette lecture, pas trop envie d’aller voir là bas. Mais surprise, je vois que les américains sont des humains avec leurs qualités, et surtout, leurs défauts. Et je crois que les français ne sont pas loin derrière avec leur côté matérialiste grandissant et leur Ego… Ce pourrait être votre prochain voyage ( à travers la France ) … J’ai pensé à vous car je cherchais où vous étiez par rapport au Mexique et les intempéries. Là, je vois que vous êtes prêt de Los Angeles. A Signy, rien de neuf, ni la mairie ni l’église n’ont bougé de place. Le carrefour devant chez moi se porte bien et moi aussi. Bisous à vous deux.

  2. vallet laurent
    25 septembre 2013 at 8 h 02 min

    hello
    Pierrot,n’aurais tu pas fais un XING aux USA avec ta fourchette(SPORK)
    bises
    laurent

  3. Mykee from Rimo.... non j'y arrive toujours pas!
    25 septembre 2013 at 10 h 35 min

    Bonjour à tous les deux.
    Je suis étonné que Pierrot n’ait pas demandé sa green card en arrivant à L.A., il aurait pu devenir prof d’une segpa californienne, qui se dit d’ailleurs SPORK (Social Production Of Radical Kéké).
    Sinon je connaissais SPORK comme étant une sorte de cuillère (spoon) avec des dents (fork) mais je vous vois mal, à l’aéroport, dire adieu aux Etats-Unis avec cet objet à la main, vous allez vous faire taser le cul et on va vous accuser de détenir des armes de destruction massive, et là plus de green card.
    Spork se dit aussi pour fêter un départ: c’est quand on achète une bouteille de vin et qu’on veut la déboucher (cork = bouchon) mais qu’on n’a pas de tire-bouchon (je vous renvoie au chapitre des armes de destruction massive) alors on en chie et on sue pour la déboucher ça fait faire du sport, d’où spork.
    J’en tente une dernière même si je sais que c’est pas ça: Spork c’est le surnom qu’on donne à un gars qui s’est fait tailler les oreilles en pointe (comme Mr Spock) par un prof de sport- private Xing.
    A+, have a safe trip to … Colombia …

    • 25 septembre 2013 at 14 h 31 min

      Des efforts très méritoires qui nous on bien amusés et qui vaudront 1 point! Mais vous ne pouvez pas trouver, car bien qu’en plastique, ma spork est métal…

  4. Chandoux
    25 septembre 2013 at 12 h 06 min

    Je n’ose plus tenter de résoudre une énigme ou de vous encourager… J’ai trop peur de passer pour une scout en quête de points pour arriver 1ère au classement ! Alors SPORK à toi cher Pierrot et sache que les problèmes de soutien gorge de ta femme sont d’ordre génétique et touche une bonne partie de la gente féminine de la famille. Donc je te prierais de modérer tes XING et tant pis si je perds des points. Sinon, je pense que vous êtes actuellement dans l’avion. Pour l’instant, ils ne disent rien aux infos. C’est que tout va bien. Rappelez-vous, il est interdit de parler au pilote ! Je vous souhaite une super excitation de vos 5 sens en Amérique du Sud, sans oublier de vous féliciter pour vos… http://www.carpentras.fr/uploads/pics/actu2_4000Fans.png . Biz

  5. Huertas écrivain méconnu
    25 septembre 2013 at 14 h 32 min

    Salut les copains!
    super… les dauphins, que du beau dans cette première partie. Vivement la suite en Amérique du Sud…Attention cependant aux tortillas, buritos et autres mets épicés. Car on a vite fait de manger et pisser!
    Sinon je me fais opérer mardi 1er octobre et je risque d’avoir 3 mois d’arrêt!!!! On va revenir ensemble!!!
    Commence à préparer l’inspection de structure, remarque non, tu pourras le faire le mardi pendant tes 5 heures de trou!!! XING!

    (Bertrand) Quant à (à lire d’un coup) « SPORK »…
    Je crois qu’en langage Zorglubsiens, cela veut dire à peu près la même chose que « ON THE ROAD AGAIN »
    biz

    • 25 septembre 2013 at 14 h 40 min

      Yo, bel essai mais ton collègue anglophone est plus proche du compte que toi… Bonne chance pour le 1er octobre.

  6. PUJ
    25 septembre 2013 at 14 h 53 min

    Instit. sort de ce corps et profite simplement des bonnes choses, arrête de mettre des points karmiques ou des notes…moi je n’en veut pas, et je sors mon meilleur sourire nié de commercial pour le dire hiiiiiiii…Xinggg…

    Sinon béa moi j’aime bien tes petits seins…(pas Xing du coup!)

    Les Américains ne sont pas que des bêtes assoiffés de frics et de dangereux capitalistes libéraux ?…incroyable ils restent humains !!
    on apprend ça ou? des idées reçues ? Xingggg…

    Allez bon vent…

    • 26 septembre 2013 at 14 h 48 min

      Désolé PUJ, je vais encore rester prof 5 min. pour te dire que je donne aussi des cours de rattrapage de « non-sens et 2d degré ». Prochaine session en avril 2014.

  7. papou
    25 septembre 2013 at 17 h 01 min

    douce France n’est-il pas?
    a votre retour, on se fera une orgie d’escargots et de gratin dauphinois, arrosés de vrais nectars, avec de vrais copains même pas corrects par obligation.
    A bientôt, plus que quelques milliers de kilomètres. Avec votre entraînement, ça va aller vite!

  8. Claire
    25 septembre 2013 at 18 h 20 min

    Ben, moi qui croyais vous saouler avec mes commentaires, vlà que j’me rends compte qu’en fait ils me rapportent des points, zavez pas fini de me souffrir, surtout que j’ai pas le droit de sécher les cours pour venir pédaler avec vous à votre retour… Spork étant un magnifique hybride de fourchette et de cuiller, dans le sens où je l’entends, je dois être à côté de la plaque, car aux states j’ai cru comprendre qu’on mangeait surtout avec ses paluches, donc je vois pas pourquoi vous diriez adieu à un couvert!
    P.S.: depuis votre départ, on a vu ZZ Top (on avait un peu l’impression d’être partis avec vous…), et surtout Roger Waters avec la vraie de vraie tournée « The Wall » avec le mur et tout et tout au Stade de France, c’était géant!!!
    Des bisous, et merde pour la seconde partie!

    • Chandoux
      26 septembre 2013 at 19 h 04 min

      Ah bon ? Vous aussi ? Ben… nous aussi !!! C’est vrai que c’était vraiment top !!!

  9. Claire
    25 septembre 2013 at 18 h 26 min

    Ah j’oubliais, c’était pas la peine de faire ton Garcy More sur la plage avec tes 4000 bornes, ça ne fait toujours pas rire Melody! Et c’est vilain de se moquer des filles à faible poitrine, bouh!

  10. 25 septembre 2013 at 19 h 29 min

    Ouais, on a changé de nom. L’ancien était trop long (lyz et Marcel de la Gwada !!!!! un peu prout prout). Et bien voilà, vous allez quitter vos fringues de « frenchies » pour enfiler ceux des « grrrringos » et là c’est pas le même « jamon » (jambon. Prononcer rrrrramon). Béa, faut mettre le mode « hi » sur « off » et passer sur le mode « hola »…
    C’est pas du tout les mêmes gens, et je dirai même c’est tout le contraire des ricains. C’est bien vrai, les ricains, ils sont comme leurs films, sans sincérité et encore moins de sensualité. Ils cherchent à avoir tout ça, mais ils n’y arrivent pas.
    Mais maintenant vous allez découvrir aussi des grandeurs de paysages et surtout des rencontres humaines inoubliables…
    Bon les amis, hasta luego et faites un bon voyage… Nous on part demain pour l’Argentine et seront à El calafate mi-octobre… Je vous suivrai de plus près ! Grosses bises tropicales (35° aujourd’hui) Lysbeth et Marcel
    PS : je vois pas pour SPORK ?????

    • 26 septembre 2013 at 15 h 09 min

      Toujours un plaisir d’avoir de vos nouvelles ! El Calafate est notre destination finale ! Si on veut y être mi-octobre, va falloir passer à un rythme de 300 km par jour !

  11. Olives
    25 septembre 2013 at 21 h 41 min

    Yo les amis

    Toujours aussi bon de vous lire.

    Si vous avez encore qques heures à LA, je peux vous
    communiquer un super chirurgien de Beverly Hills, il a sur son CV Pamela
    Anderson et Nabila. Ca pourrait pimenter vos nuits sous la tente dans l’hémisphère sud…

    Pour l’évaluation, jsuis super à la rue d’après tes comptes Pierrot, j’croyais que j’avais marqué pour le transfert aéroport!!!!

    Bon j’tente la devinette, sans trop y croire

    SPORK= message aux bagagistes spécialisés dans les encombrants de LAX. Oubliez ce que je vous ai mis dans la tronche amis Yankees je l’pensais pas!!!

    PS:j’ai enfin testé le tube de selle amorti, c terrible! merci les amis.

    • 26 septembre 2013 at 15 h 06 min

      Non, non, t’es pas si loin au classement. Ton long silence t’a coûté qq points. Pour SPORK, j’aurai du faire comme t’as dit, on est en Bolivie depuis 7 heures, mais pas les vélos… ils sont encore à LA !

  12. Chandoux
    26 septembre 2013 at 19 h 51 min

    Pas de commentaire sur la copine surfeuse rouge de Pierrot ? Hum… vous perdez des points dans mon estime cher ami !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *